1970-01-01T00:00:00+00:00
Lade Événements
Cet Événement est passé

Laubscher | Petersen | Plademunt | Roessel

Le PhotoforumPasquArt réunit quatre artistes qui envisagent la photographie comme un outil d’investigation au service de la narration. A travers l’alchimie subtile du document photographique, Yann Laubscher, Regine Petersen, Aleix Plademunt et Jonathan Roessel suscitent des récits qui dépassent l’évocation des simples faits.

Le loup comme métaphore

M38 est le nom d’un loup qui, l’an dernier, avait été le premier à traverser la Suisse. Intrigué par la nature de cet animal souvent insaisissable, Yann Laubscher (*1986, Lausanne) s’est lancé sur ses traces d’une manière originale. En se laissant guider par les échos médiatiques suscités par l’animal, l’artiste a suivi un  tracé géographique qui l’a amené au contact de lieux, de paysages et de personnes dont il nous restitue l’expérience.

Contemplatives et parfois empreinte de mélancolie, les images de Yann Laubscher traduisent une fascination presque mystique pour le milieu naturel. Dans une écriture sobre qui valorise le ressenti, elles cherchent à pénétrer le mystère lié au monde sauvage et questionnent sa place dans un environnement presque totalement apprivoisé. Mais à travers la métaphore du loup, Laubscher renvoie aussi l’observateur de ses images à la part sauvage enfouie en lui.

Les météorites comme capsules temporelles

Depuis quelques années, l’artiste Regine Petersen (*1976, D-Hambourg) construit une œuvre autour de sa fascination pour les météorites qu’elle considère comme des capsules temporelles et des objets émotionnels. Dans le travail « Find a Fallen Star », l’artiste utilise des histoires relatant la chute d’astéroïdes comme point de départ d’un travail narratif se déployant sur plusieurs niveaux de compréhension. Ainsi, le premier chapitre intitulé « Stars Fell on Alabama », présenté au PhotoforumPasquArt, raconte la chute d’une météorite et ses conséquences sur la maison de Ann Elisabeth Hodges le 30 septembre 1954 à Sylacauga, Alabama.

Regine Petersen assemble des coupures de presse d’époque, des témoignages et interviews originaux, des images archivées ou trouvées ainsi que ses propres photographies documentaires. Elle transforme l’événement en une vaste et passionnante enquête qui jette un regard sur un lieu et une époque particuliers, touchant à des aspects aussi divers que la mortalité, la religion, la question de race ou le colonialisme. Par cette approche qui valorise les qualités intrinsèques du médium photographique, elle construit un récit complexe dans lequel elle combine science et art, tout en explorant les rapports entre passé et futur, réalité et fiction.

La distance comme jeu

Le photographe catalan Aleix Plademunt (*1980, ES-Girona) se définit comme un chercheur d’images inlassable, doué d’un esprit transversal qui lui permet de relier les objets, les lieux et les moments entre eux. Son travail intitulé « Almost There » trouve son origine dans une carte postale de 1909 adressée par un certain John à une certaine Essie. Son texte dit : « Chère amie, je suis en route pour le sud». En bas de la carte, un tampon indique que le document n’est jamais parvenu à sa destinatrice.

L’artiste utilise cette découverte pour initier une recherche plastique sur la notion de distance, qu’elle soit temporelle, physique ou émotionnelle. Dans sa démarche où la cohérence narrative est délibérément bousculée , il met l’accent sur des relations croisées entre des situations particulières et des objets à priori complètement étrangers, tout en jouant sur les changements d’échelle temporelle. Ainsi, les images de la lointaine galaxie d’Andromède ou des os préhistoriques voisinent avec ce qui est le plus proche de l’artiste, soit l’agrandissement de ses propres globules rouges. « Almost There » remet en cause les définitions standard de temps, de distance et d’espace.

Un savant comme sujet

Avec le travail intitulé « Dernière sortie », Jonathan Roessel (*1989, Renens) s’est attaché à  illustrer l’histoire de Philippe Morel, un archéozoologue célèbre disparu en 1999 suite à un accident de spéléologie à la grotte de Steinbockloch dans l’Oberland bernois. A partir des archives personnelles du scientifique neuchâtelois, l’artiste a reconstitué les pérégrinations multiples et aventureuses de ce personnage hors du commun, connu notamment comme fin spécialiste de l’étude des os et adepte de l’archéologie expérimentale.

En mélangeant documents d’archives, extraits de carnets d’observations, photographies originales d’expéditions avec des photographies contemporaines de nature documentaire, Roessel propose une reconstitution poétique et narrative de la vie de cet inlassable chercheur. Jouant aux frontières de l’approche conceptuelle et du « documentaire de l’après », l’artiste parvient avec finesse à réactiver au présent les faits du passé tout en leur conférant une force symbolique supplémentaire.

Dossier de presse (pdf)

www.aleixplademunt.com/

www.reginepetersen.com/

www.yannlaubscher.ch/

De la série « M-38 ». © Yann Laubscher / CEPV

Aus der Serie « Find a Fallen Star ». © Regine Petersen

The Pine on the Corner © Aleix Plademunt

De la série « Dernière sortie » © Jonathan Roessel / CEPV

Ausstellungsansicht